Clicky

L'Icam Formations Vie à l'Icam International Entreprise Recherche

Jybe, ou le projet de 3 étudiants entrepreneurs en quête d’innovations durables

JYBE est le projet porté par trois étudiants aventuriers entrepreneurs, trois amis d’enfance, qui ont suivi des formations différentes et qui s’apprêtent à traverser les océans ensemble. En octobre 2021, Emilien, Lucas et Léo partiront pour 20 mois à la rencontre de cultures et façons de vivre différentes, pour apprendre et découvrir. Léo Carpentier est élève ingénieur Icam apprentissage en 5e année à Toulouse. Pour y parvenir, ils ont lancé une campagne de crowdfunding il y a quelques semaines.

Noddi en cale sèche pendant sa rénovation à Leucate.

Ce projet est né d’un double constat :

  • chaque région de notre Planète Terre rencontre des problématiques environnementales destructrices liées à l’activité humaine : consommation des ressources vitales, pollution, émanations industrielles…
  • Les femmes et les hommes qui habitent ces régions développent des méthodes spécifiques adaptées pour traiter de ces problématiques destructrices.

A leurs sorties d’écoles respectives, en octobre prochain, ils vogueront à la recherche de ces solutions et les collecteront pour les partager dans leur média positif et innovant : Jybe. Pour cela, ils ont intégralement retapé un bateau nommé Noddi. Voilier auto-construit il y a une 50aine d’années, Jybe nous raconte en plusieurs articles les étapes de sa remise en état de navigation. 

Le partage d’expérience des étapes de préparation au voyage nous initie aux questionnements qu’ils souhaitent soulever au cours de leur aventure. Sur le site web de Jybe, on peut dores et déjà trouver les éléments techniques et méthodologiques pour la rénovation du bateau, mais aussi la réflexion de Léo, élève ingénieur Icam, sur la place qu’il attribue à l’ingénieur de demain ou encore l’inquiétude d’Emilien Pierron, élève ingénieur de Centrale Marseille, concernant la catastrophe écologique et sociale qu’engendre le naufrage d’un porte container au large du Sri Lanka.

Cet outil de partage en ligne, 100% digital, est conçu et alimenté par Lucas, étudiant  en master 2 de stratégie Marketing Digitale au Digital Campus de Montpellier, .

Chacun apporte sa passion et ses compétences, chacun contribue pour faire de cette aventure un événement atypique. 

Depuis plusieurs mois, chacun de nos trois entrepreneurs déploie ses compétences au service du projet. Emilien Pierron contacte et questionne autour des enjeux environnementaux, déploie sa connaissance autour de l’aventure. Lucas coordonne, conçoit et illustre les moyens de communication, au cœur du projet.

Léo Carpentier, élève ingénieur Icam apprentissage actuellement en 5e année à Toulouse, a coordonné la réfection du voilier en faisant appel à ses savoir-faire de futur ingénieur et diverses ressources autour de lui :

  • L’an passé, le cours d’électronique mené par Philippe Fournier, enseignant ingénieur en électronique à Toulouse, proposait aux élèves de mener un sujet de développement libre. Léo a étudié la construction du pilote automatique du bateau, ce qui lui a permis de faire des choix techniques réfléchis lors de la rénovation.
  • A la remise en état de la coque en fibre de verre qu’il a fallu poncer et repeindre, s’est ajouté un défi important : refaire l’ensemble de l’électricité du bateau en intégrant des panneaux solaires d’occasion. 
  • Le bateau ayant été auto conçu il y a 50 ans, plusieurs pièces sont uniques et introuvables. Yvan Mateos, maître professionnel usineur à l’école de production de l’Icam, et Roger Sourzac, chargé de son développement, ont aidé Léo à réaliser ces éléments clés. 
  • Une belle invention d’upcycling de copeaux de mousses, initialement dédiés aux rebuts : ils sont comprimés dans une toile et composent les matelas du bateau.

Pour l’ensemble des étapes de rénovation, les trois amis ont cherché des solutions innovantes. Ils ont notamment rencontré un expert en autonomie complète, qui a créé son habitation sans autre raccordement réseau que celui à Internet. Une maison qui réunit les mêmes contraintes qu’un bateau, les limitations d’espace en moins. 

Noddi convoyé de Port Leucate à La Ciotat, 25 juin 2021

Sur le sujet de la complémentarité de leurs 3 profils, Léo ajoute : “à mélanger nos compétences, tout le monde est gagnant à la fin. Nous avons tous acquis un peu de la compétence des autres. Emilien et moi créons des contenus pour les médias,  je développe aussi le réseau entrepreneurs pour le projet, Emilien travaille beaucoup sur l’entretien des voiles du bateau et Lucas bricole maintenant !

Bonne nouvelle, la nouvelle version de Noddi a fait sa première sortie en mer le week-end dernier ! Une sortie pleine d’émotion, qui présage de belles aventures !