L'Icam Formations Vie à l'Icam International Entreprise Recherche

Icam Vendée : Parité et écologie au programme pour les élèves ingénieurs de la promotion 2020

Dans le cadre du séminaire “Ethique et Société” pour les élèves en 5e année, rencontre avec Charlotte Francesiaz et Reina Camacho Toro, deux femmes scientifiques représentant la France au sein du programme international Homeward Bound.

Les 62 élèves ingénieurs en dernière année à l’Icam site de Vendée ont rencontré le 12 février dernier Charlotte Francesiaz, chercheuse en écologie pour l’ONCFS et Reina Camacho, chercheuse en physique des particules au CNRS, toutes deux sélectionnées pour intégrer le projet Homeward Bound.  Ce programme international propose à ses lauréates une formation de 12 mois pour développer leur leadership et leur visibilité afin qu’elles puissent peser dans l’orientation des politiques environnementales mondiales. Cette formation s’achève par une expédition de trois semaines en Antarctique.

L’intervention de ces femmes s’inscrivait dans le cadre du séminaire “Ingénieurs Ethique et société” organisé sur les dernières semaines de formation des élèves de la promotion 2020 et piloté par Elodie Nicou, enseignante en Formation humaine.

Ces scientifiques de premier plan sont intervenues toute une journée pour former et informer la promotion à propos des enjeux de la transition écologique, mais aussi sur le rôle que les femmes doivent jouer pour relever ce défi. Les jeunes professionnels dans l’assemblée, 58 jeunes hommes et 4 jeunes femmes,  se sont impliqués tout au long de journée, démontrant de l’intérêt des ingénieurs sur ces thèmes.

Pendant l’atelier d’intelligence collective, les élèves ingénieurs ont identifié six défis principaux à leur échelle :

  • changer nos mœurs signifie toujours la perte de confort?
  • Impact du changement climatique au niveau écologique et économique
  • le climato-scepticisme
  • l’importance de l’éducation, communication et sensibilisation
  • gestion énergétique et des déchets et remise en question de nos habitudes alimentaires.

“L’ingénieur participe à la création du monde, il a besoin de le comprendre et a le pouvoir d’agir pour un monde meilleur, plus inclusif et plus respectueux des valeurs environnementales et d’égalité hommes-femmes” commente l’une des intervenantes.

Reina et Charlotte ont également rencontré les quatre femmes de la promotion et échanger sur leurs conditions d’études et de travail en tant qu’apprentie ingénieure.

“Les femmes étant très souvent sous-représentées et peu encouragées dans les programmes d’ingénierie et sciences, nous manquons donc de leviers et de visibilité pour agir. Ce type d’événements sont importants pour sensibiliser, former et mettre en avant les femmes,” détaillent les chercheuses.

De leur côté, les étudiantes ont pu exprimer leurs difficultés face au sexisme ordinaire, à l’école comme en entreprise, enjoignant l’ensemble de la société à continuer les efforts en ce sens.

“En école d’ingénieur, on ne peut pas dire que la parité soit au rendez-vous. Les métiers de l’ingénierie sont encore mal connus tant ils sont étendus. Moi-même, j’ai débuté mon cursus sans réelle définition du métier d’ingénieur.  Cependant, cette tendance semble évoluer. Au regard des promotions qui nous succèdent, le nombre de filles dans les écoles d’ingénieurs augmentent. Alors, avis aux jeunes filles qui aiment les sciences et la technique, les métiers d’ingénieur sont aussi faits pour vous et ils sont pleins d’avenir ! Maëlle

“Il est important, selon moi, d’impliquer les jeunes filles au plus tôt dans les sciences. Cela permettrait de normaliser cette voie pour les jeunes femmes et ainsi, d’avoir une meilleure représentation des femmes dans ce domaine. C’est beaucoup plus facile de se projeter dans un métier si on peut s’identifier aux personnes qui l’exercent. Bien sûr, le chemin n’est pas toujours facile, on se heurte parfois aux préjugés et aux clichés des personnes qui nous entourent. Cependant, il est primordial pour moi de me battre pour la petite fille que j’étais et pour toutes celles à venir !” Carla


Charlotte et Reina poursuivent actuellement leur formation Homeward Bound, avec 75 participantes issues de 25 nationalités. Après leur expédition en Antarctique, Charlotte et Reina reviendront à la Roche-sur-Yon pour partager cette expérience unique. L’Icam souhaite continuer à soutenir cette expérience et proposera cette journée de formation au sein de ces autres campus.

A propos : 

Charlotte Francesiaz est chercheuse en écologie et experte auprès du ministère de l’environnement à l’OFB (Office Français de la Biodiversité). Elle étudie les oiseaux migrateurs, les facteurs qui influencent la taille de leur population ainsi que les moyens d’assurer leur conservation. Sa passion pour le théâtre et l’enseignement l’encouragent à chercher de nouvelles méthodes pour sensibiliser le grand public à l’urgence environnementale et trouver des solutions ensemble pour agir.

Reina Camacho Toro est physicienne des particules au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Elle est membre de la collaboration ATLAS, l’un des deux détecteurs polyvalents du Grand collisionneur de hadrons (LHC) à l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN). Elle participe activement à des programmes du développement de capacités de futures scientifiques et aide à promouvoir la science dans les pays en voie de développement d’Amérique Latine.