Gabrielle Vernier – Promotion 120 – Icam intégré

Actuellement en deuxième année de la formation ingénieur Icam intégré, Gabrielle concilie avec brio ses études et une pratique du rugby féminin à haut niveau. Elle est soutenue par l’ensemble du site de Lille, mais ne ménage pas son énergie pour réussir sur tous les tableaux !

Pourquoi avoir choisi l’Icam ?

Mon père est ingénieur Icam et m’en a dit beaucoup de bien. Lorsque j’ai passé l’entretien, j’ai pu visiter les lieux et j’ai été emballée par le site. C’est aussi une ville très agréable pour la vie étudiante. Aujourd’hui, j’apprécie aussi la taille restreinte des promotions (100 étudiants), qui nous permet de bien nous connaître et d’évoluer ensemble dans une grande convivialité.

Tu as pris part à un engagement associatif, peux-tu nous en parler ?

Oui, je suis membre du BDR, le bureau de la résidence. Nous gérons tout ce qui s’y passe : l’organisation d’événements, le vivre ensemble… C’est plaisant, car cela me permet de connaître tous les étudiants des deux promotions (1ère et 2ème année), aussi bien en ingénieur Icam Intégré qu’en Apprentissage.

Et à côté de cela, tu as aussi une activité sportive très prenante…

En effet, je pratique le rugby depuis neuf ans. Lorsque je suis arrivée à Lille, je me suis inscrite au club de Villeneuve d’Ascq (LMRCV). Nous jouons au plus haut niveau national du rugby féminin, le Top 8. Je m’entraîne trois fois par semaine, avec des matchs le dimanche environ deux fois par mois dans toute la France. Il m’est aussi recommandé de m’entraîner en salle lorsque je ne suis pas sur le terrain, mais cela n’est pas toujours possible avec le travail demandé par les études…

Justement, arrives-tu à concilier le rugby et les études Icam ?

J’y arrive, mais j’avoue que cela demande beaucoup d’organisation. J’ai connu des périodes plus difficiles en première année, quand les matchs s’enchaînaient, mais, chance ou malchance, je me suis cassée la jambe et les quatre mois de convalescence m’ont permis de bien travailler ! Je suis aussi soutenue par mes amis, qui m’expliquent les cours lorsque je ne comprends pas. J’ai aussi toujours eu certaines facilités, c’est sans doute pour cela que je parviens à tenir le rythme. Mais je n’ai pas beaucoup de temps pour moi en-dehors des études et du rugby !

Les études, c’est aussi des examens, un Expériment l’an prochain… Comment gères-tu cela ?

Pour les quatre mois d’Expériment, je serai surtout absente en septembre-octobre sur les terrains. Je reprendrai le championnat à mon retour, ce n’est pas un problème. Pour les examens, j’ai la chance que la direction du site soit très compréhensive : l’an passé, les partiels tombaient en même temps que la sélection nationale. Ils ont accepté de me faire passer les épreuves une semaine après tout le monde.

Quels ont été tes succès sportifs récemment ?

Notre équipe a remporté le championnat de France en Top 8, ce qui est l’équivalent du Top 14 pour les hommes – le plus haut niveau professionnel. C’était un beau succès et une expérience formidable ! Et quelques semaines plus tard, nous avons aussi remporté le titre national à 7. C’est un doublé inédit pour une équipe féminine.

Quelles sont les valeurs qui te plaisent dans le rugby ?

Le rugby, c’est une famille. Tout les membres de l’équipe s’entraident et s’unissent pour un même objectif. J’ai toujours hâte d’aller à l’entraînement et de retrouver mes amies, nous sommes très soudées. J’avoue que je retrouve aussi ces valeurs à l’Icam ! Nous sommes également une famille, qui se mobilise pour réussir les cinq années d’études, dans un esprit très convivial.

Comment imagines-tu ton avenir ?

Mon premier souhait est de devenir ingénieur Icam. Ensuite, j’aspire à pouvoir poursuivre ma passion en parallèle de mon métier. J’espère vraiment que cela sera possible.

Quelles qualités penses-tu développer, actuellement, en menant de front tes études et le sport ?

Je dirais une grande capacité d’organisation, mais aussi une vraie rapidité d’exécution. Je ne peux pas me permettre de passer trop de temps sur les petites choses, aussi je me concentre pour être très efficace. Je crois aussi que l’ouverture aux autres, l’esprit collectif, sont des valeurs qui sont importantes en entreprise et pour exercer le métier d’ingénieur.