L'Icam Formations Vie à l'Icam International Entreprise Recherche

Les étudiants de l’Icam pensent et conçoivent la première raquette de tennis de table adaptée

Une équipe de l’école d’ingénieurs Icam, site de Paris-Sénart, composée d’étudiants accompagnés par des enseignants chercheurs, vient de créer deux raquettes de tennis de table uniques. La conception de ces objets a pour objectif de proposer un produit adapté aux difficultés de motricité des personnes en situation de handicap. Une collaboration avec le Cluster Grand Paris Sport et le Comité Départemental de l’Essonne Tennis de Table qui vise à rendre ce sport accessible au plus grand nombre. Un projet technique et ambitieux qui ouvre de belles opportunités…

Un partenariat tripartite entre l’Icam, le Comité Départemental de Tennis de Table de l’Essonne et le Cluster Grand Paris Sport

Le Comité Départemental Tennis de Table de l’Essonne et le Cluster Grand Paris Sport sont dans une logique permanente de rendre accessible le sport à tous. “ Fin septembre 2018, nous avons répondu à un appel à projets du Centre National pour le Développement du Sport – Plan Héritage & Société (dans la perspective des JO Paris 2024), pour développer des matériels innovants facilitant l’accès du Tennis de Table aux personnes en situation de handicap. Nous avons proposé plusieurs idées et étions le seul acteur du Tennis de Table en France à postuler. Et nous avons été retenus ! ” raconte Bruno Chamont, président du Comité de Tennis de Table.

C’est suite à cette réponse positive que le Comité Départemental de Tennis de Table sollicite le Cluster Grand Paris Sport, dont le siège se trouve en Centre-Essonne, pour l’aider. “Nous avons accompagné le Comité de Tennis de Table dans sa réflexion et son choix de partenaires pour mener à bien ce projet. Nous avons immédiatement pensé à plusieurs écoles d’ingénieurs et tout particulièrement l’Icam ” explique Hakim Khellaf, Président délégué du Cluster. Le Cluster Grand Paris Sport est un projet ambitieux construit autour de 4 axes : la recherche, la santé, l’éducation-formation et le développement économique afin de satisfaire la logique d’excellence qui prévaut dans le projet de territoire sud francilien. Il fédère les acteurs de ces milieux pour répondre à deux objectifs : le développement et l’aménagement du territoire et la construction d’une société sportive comme héritage durable de Paris 2024.

En septembre dernier, après de premiers échanges, le Comité Départemental de Tennis de Table de l’Essonne missionne l’Icam, site de Paris Sénart avec un premier objectif : présenter un modèle de raquette adaptée en vue de rendre accessible le tennis de table auprès de tous les publics en situation de handicap.

Avec son pôle “services aux entreprises”, l’Icam accompagne chaque année une centaine d’institutions et d’entreprises en France, ce qui représente environ 250 projets. Sur le site de Paris-Sénart, ce sont près d’une quarantaine de projets par an. Ces prestations se déclinent sous la forme d’audit/de conseil et de prestations industrielles telles que le développement de nouveaux procédés ou encore la mise au point d’innovations technologiques ou produits. Les étudiants de 5ème année y participent activement dans le cadre de leur mémoire scientifique industriel (MSI)*.  

 

Les étudiants de l’Icam imaginent deux produits 

Suite à des réunions de travail, les étudiants et enseignants-chercheurs de l’école ont proposé deux modèles, dont une première raquette adaptée à de très nombreux handicaps. Le second modèle répondait à une situation plus spécifique car destiné aux personnes ayant des difficultés à ouvrir la main. Un même objectif : imaginer des objets visant à faire connaître le tennis de table et faciliter la vie de tous les joueurs. 

 

Les étudiants ont été particulièrement enthousiastes à l’idée de créer quelque chose de nouveau mais aussi par ce projet présentant un caractère sociétal et sportif fort. Pour répondre à la demande du Comité de Tennis de Table, les futurs ingénieurs de l’Icam ont suivi une méthodologie précise : « Nous avons débuté par une veille technologique, puis la rédaction d’un cahier des charges et d’un tableau d’exigences. Ensuite, nous avons imaginé et réalisé des prototypes tout en assurant un suivi en fonction des retours du Comité », détaillent les quatre étudiants. Parallèlement, le Cluster a continué de jouer son rôle de ‘mélangeur de talents’ : “Nous avons apporté notre aide sur la coordination et le pilotage du projet “, ajoute  Hakim Khellaf. 

L’équipe a eu l’opportunité d’être accompagnée par un kinésithérapeute pour concevoir les objets. La priorité était d’abord de se concentrer sur l’aspect fonctionnel des raquettes. Plus tard, les étudiants se sont penchés sur l’amélioration du design. Tout au long de la collaboration, des pratiquants ont testé et ont fait des retours d’expérience. 

« Nous avons utilisé des outils technologiques de pointe pour réaliser une raquette dite 360, une raquette coupée en deux à laquelle nous avons ajouté des pièces imprimées en 3D », détaillent les étudiants. 

Les opportunités sont nombreuses 

Aujourd’hui, l’Icam a livré deux prototypes au Comité de Tennis de Table et espère que ce projet va continuer à se développer. De nombreux axes de développement ont été mis en valeur par les différentes parties prenantes. Ces dernières pensent notamment que ces raquettes adaptées présenteront un fort intérêt dans les centres de rééducation, cabinets de kinésithérapeute, ou encore en maison de retraite, comme axe de travail de la motricité au sens large !

La prochaine étape consistera en des tests de ces matériels en condition réelle auprès des instituts médico-éducatifs et fondations partenaires du Comité de Tennis de Table sur ce projet. Le Comité Départemental de Tennis de Table de l’Essonne entend par la suite communiquer et activer ses réseaux pour mettre en valeur ce projet porteur et lui donner la meilleure suite possible dans l’intérêt des personnes en situation de handicap et de la pratique sportive.

Télécharger le communiqué

Tu es admise / admis à l'Icam dans une formation d'ingénieurs

et tu as encore des questions ?

Les élèves de l'Icam répondent à tes questions !