L'Icam Formations Vie à l'Icam International Entreprise Recherche

Un MSR à Modène, au coeur de l’industrie automobile de pointe

Elliot Van Puyvelde, étudiant en dernière année du parcours intégré à Toulouse, a récemment effectué son mémoire scientifique recherche (MSR) au sein de l’université Unimore, à Modène, en Italie. L’occasion pour lui de travailler sur un sujet technique qui le passionne, étroitement lié au secteur automobile de pointe.

Quelles raisons t’ont motivé à choisir l’université de Modène pour ton MSR ?

Département d’ingénierie Enzo Ferrari de l’université UNIMORE, hiver 2019

J’ai choisi l’université de Modène Unimore car celle-ci est au cœur d’une région très active de l’industrie automobile de pointe. En effet on peut y retrouver de prestigieux constructeurs automobiles comme Ferrari, Lamborghini, Maserati et autres. En choisissant le laboratoire Lapis (situé dans le département d’ingénierie Enzo Ferrari de l’université UNIMORE) comme lieu de MSI, j’ai ainsi eu la certitude de travailler sur un sujet qui me passionnerait. 

Peux-tu nous expliquer en détails quel a été ton sujet de mémoire ?

Mon sujet de MSR peut se distinguer en deux parties. La première consistait en l’étude du design structurel d’un piston de moteur de moto au moyen de l’optimisation topologique, afin de mettre en oeuvre celui-ci à l’aide de la fabrication additive. Le but était alors d’exploiter les applications de 3Dexpérience (Dassault Système) afin d’étudier le design (optimisation topologique) et l’industrialisation (fabrication additive) du piston. Pour mieux comprendre, l’optimisation topologique est une stratégie de design structurel assisté par ordinateur. Celle-ci permet d’obtenir, à partir d’une pièce mécanique de base, un design optimisé selon les critères de performance souhaités (minimisation la masse ou des déformations par exemple), tout en tenant compte de l’environnement de la pièce (liaisons avec d’autres pièces mécaniques, zones fonctionnelles et charges appliqués à la pièce elle-même). Ce design optimisé est alors calculé par un algorithme, qui détermine la répartition optimale de matière selon les critères énumérés précédemment. La deuxième partie de mon mémoire consistait en l’étude et la comparaison de différents logiciels d’optimisation topologique à l’aide de l’étude de cas du piston. Un benchmark a été réalisé à cette issue. 

Combien de temps a duré ce MSR ?

Il a débuté en mi-septembre pour finir en fin janvier. Lors de ce MSR j’ai travaillé en parallèle avec un autre étudiant Icam (Benjamin Lainé, qui suit le parcours apprentissage à Vannes) qui s’est occupé de l’étude de l’industrialisation du piston optimisé. Un autre étudiant de l’Unimore a également contribué au benchmark en exploitant d’autres logiciels que ceux que j’ai étudiés.

Comment as-tu vécu cette expérience ?

Cela été très enrichissant, tant au niveau professionnel que personnel. En effet, j’ai acquis de nombreux savoirs essentiels grâce au MSR mais aussi des compétences relationnelles et linguistiques importantes. Avoir réalisé mon MSR à l’étranger était alors pour moi le meilleur moyen de parfaire ces compétences. 

Ce MSR a-t-il influencé tes choix de carrière ?

Ce MSR a grandement influencé mes choix futurs car je réalise actuellement mon stage de fin d’étude à l’ONERA (centre français de recherche aérospatiale), sur un sujet traitant également d’optimisation topologique. Si j’en ai la possibilité, j’aimerais poursuivre ma carrière dans ce domaine pour lequel je commence à avoir une expertise bien fondée. Mon objectif serait alors d’intégrer un bureau d’étude en conception et dimensionnement mécanique dans le domaine de l’automobile ou de l’aéronautique/aérospatial.