Les jeunes parlent aux jeunes !

A l’origine : un projet FH pour un groupe de 16 étudiants de la promo 121.

Leur thème : la « Tentation »

L’objectif : présenter le fruit de 4 mois de recherche sur le thème travaillé à un public différent des élèves ingénieurs Icam.

Leur idée : créer un ensemble de 4 ateliers pédagogiques (vidéos, jeux, débats, dilemmes et exposés) autour de la tentation déclinée sous 4 aspects : la corruption, la richesse, la curiosité et les addictions.

Le public : les élèves de l’école de Production

Après 4 mois de préparation le groupe I2BX s’apprête à accueillir les jeunes de l’école de production. Nous sommes le 18 mai 2018, il est 14h15 et derrière un calme apparent quelques questions tournent dans les esprits : « Et si c’était trop théorique ? » « Et si nous n’arrivions pas à les intéresser » « Et s’ils ne participent pas ??? » « Et s’ils ont l’impression qu’on les prend pour des gamins ? »

Le groupe arrive : 8 élèves et leurs formatrices. Dès l’accueil, le thème est posé et le déroulement est présenté. 2 groupes vont évoluer d’atelier en atelier jusqu’à une fin programmée pour 16h30.

Atelier 1 : un choix de pubs décryptées donnera quelques clés pour comprendre la façon dont le quidam est manipulé pour acheter.

Atelier 2 : un jeu sur la corruption est proposé afin de permettre à chacun de réfléchir sur les conséquences de ses choix

Atelier 3 : il s’agit de mieux comprendre les mécanismes des addictions en portant une attention particulière sur la nomophobie (l’addiction au téléphone portable). Très révélateur !

Atelier 4 : par un jeu de questionnements, des dilemmes, posés naturellement par notre curiosité, émergent.

 Les échanges fusent !

16h30, l’heure pour les jeunes de rentrer chez eux. Un vendredi après-midi, c’est normal on ne peut pas leur en demander plus, l’atelier est donc terminé…

Oui mais voilà, 20 minutes plus tard les jeunes sont encore là ! Comme ils l’ont fait tout au long de ces deux heures, ils commentent, questionnent, donnent leur point de vue, manifestent leur intérêt d’avoir vécu ce vrai moment d’échanges. « Des jeunes qui parlent à des jeunes… c’est pas pareil ! », « Notre vision des ingénieurs a changé … ».

Les uns et les autres affichent des visages radieux, contents d’avoir vécu cette rencontre. Le projet est un succès ! Mais on sent d’ores et déjà que ça va au-delà avec une envie des étudiants d’être plus en contact avec les élèves de l’école de production et pourquoi pas de les intégrer aux associations ; à commencer par le BD Sport. « Comme ça on aura encore plus de chances de gagner au foot !.. »

Comme les témoignages valent tous les discours, je vous laisse lire les commentaires de trois élèves du groupe I2BX (extrait des synthèses du projet) :

« J’ai appris autant avec les recherches sur la curiosité que lors de l’échange avec les jeunes de l’école de production. Je suis persuadé que nous ne leur avons pas apporter beaucoup de connaissances mais que nous les avons poussés à réfléchir sur des sujets qui les concernent. Cela m’a beaucoup marqué d’entendre Nicolas, qui a pourtant deux ans de moins que moi, m’expliquer pourquoi il avait déjà visité un site de propagande djihadiste. Leur vécu est très éloigné du nôtre, ils ont tous eu des parcours atypiques. […]  Ils n’ont pas de sujet tabou, ce qui nous a permis d’avoir des interactions plus intéressantes et sincères. » Eric

 « Pour être honnête, on aurait pu fournir tout le travail du monde, s’ils n’étaient pas motivés à participer, la séance aurait été longue, très longue même. C’est pourquoi nous les avons tout naturellement remerciés, car au-delà du projet FH, nous avons rencontré des personnes géniales. Je pense que cela dépasse le cadre scolaire, et que ce n’est pas le cas tous les ans avec tous les autres groupes de FH, alors, bien entendu, cela fait vraiment plaisir. J’étais le premier satisfait des retours de mes camarades, car tous s’accordent à souligner le bon déroulement de notre prestation grâce aux jeunes qui ont su s’investir eux aussi. En tant que pilote, je ne pouvais qu’être fier de notre performance. » Flavien

« Au-delà du sentiment de réussite, je pense que notre groupe a dépassé ce que nous imposait le cahier des charges, nous avons été bien plus loin que le simple cadre scolaire d’une présentation orale avec power point, car nous avons véritablement créé un lien entre deux entités propres à l’Icam de Nantes : la formation intégrée et la formation professionnelle. Ce projet a été l’élément fédérateur de ces deux formations, car nous ne nous connaissons pas entre nous, alors que nous vivons et travaillons sur le même espace. Cela était dû notamment aux a priori et préjugés que nous avions les uns envers les autres, à cause des différences de milieux. Au-delà du succès scolaire de notre présentation, j’ai eu le sentiment d’un succès au niveau humain, c’est-à-dire que nous avons appris à sortir de notre cocon habituel et à communiquer avec des personnes qui ne vivent pas les mêmes choses que nous. » Thomas

Pascal Roguet