L'Icam Formations Vie à l'Icam International Entreprise Recherche

Engagement et ouverture : l’Action de solidarité

Tous les parcours de l’Icam intègrent une Action de solidarité, à mener par les étudiants avec des associations solidaires locales, au contact des bénéficiaires. Plus qu’un enseignement : une expérience de vie.

L’action de solidarité, un module à part

À l’Icam, la solidarité n’est pas un vain mot. En témoigne l’enthousiasme des étudiants pour leur « Action de solidarité » : avec ce module, il s’agit de s’engager auprès de partenaires locaux de solidarité pour donner de son temps au contact direct des bénéficiaires. Les étudiants de 2e année s’engagent pour 1 à 2 heures par semaine : partie intégrante du Cursus Icam, l’Action de solidarité procure aux étudiants une expérience irremplaçable d’ouverture culturelle et relationnelle. Elle est aussi l’occasion de faire preuve d’initiative et de responsabilité, deux voies royales pour intégrer tous les facteurs de la réussite… comme en témoignent ici deux étudiants.

Emmanuelle : des cours de soutien scolaire

En parcours apprentissage, Emmanuelle a mené son Action de solidarité pendant sa 2e année de BTS CRSA, en partenariat avec le Lycée Ozanam de Lille. Celle qui avait hésité à devenir enseignante est immédiatement séduite par la possibilité de donner des cours de soutien. Son action a donc consisté à aider un élève de Bac Pro en Français une heure par semaine. D’un bon niveau en orthographe et en grammaire, Emmanuelle a pris un réel plaisir à accompagner un lycéen en difficulté : « je m’inspirais des exercices que me donnait ma mère pendant l’été quand j’étais plus jeune ». Au fil d’explications et autres dictées, elle a pu guider la progression de son élève. Une expérience hélas écourtée par la crise sanitaire, mais « qui [l]’a confortée dans l’idée d’enseigner un jour », indique Emmanuelle.

 

Oscar : des entraînements de handi-hockey

Oscar a mené son Action de solidarité en 2e année de parcours intégré. Pratiquant le hockey sur gazon depuis ses 4 ans, le jeune homme a rencontré un entraîneur de handi-hockey lors de la présentation des projets : l’intérêt réciproque est immédiat et l’association Iris Hockey Club accueille Oscar comme bénévole. Avec son ami Vincent Morel, ils s’engagent pour deux séances de 1h30 par semaine, toute l’année. S’il n’était question, au départ, que de préparer le matériel, Oscar et son ami se prennent au jeu : « l’équipe nous a proposé de jouer avec eux, en prenant un fauteuil roulant ». Une expérience peu ordinaire qui les conduit même à se licencier au club et disputer des matches. « Nous avons découvert une discipline où il faut être fort physiquement et mentalement. Au final, notre perception des personnes en situation de handicap a beaucoup évolué », témoigne Oscar, qui n’est pas prêt d’oublier ce qu’il a vécu.