Clicky

L'Icam Formations Vie à l'Icam International Entreprise Recherche

De nouveaux collaborateurs à l’Icam site de Grand Paris Sud (suite)

Non classé
24 Fév 2022

L’équipe de l’Icam site de Grand Paris Sud se renforce pour accompagner la croissance du campus avec l’arrivée de nouveaux collaborateurs ! Dans la précédente newsletter, vous avez découvert 4 d’entre eux. Voici le portrait des autres collaborateurs fraîchement arrivés cette année !

Emerik

Décris-toi en quelques mots !
J’ai 26 ans, je dirais que je suis gentil, méticuleux, joueur et patient. Je suis passionné par les jeux vidéos plus précisément les jeux de rôles comme Final Fantasy, je lis aussi de nombreux mangas humoristiques ou shonen, j’aime aussi tout ce qui est hardware PC (monter des PC). Enfin, j’adore la pâtisserie !

Que faisais-tu avant de nous rejoindre ?

J’ai été administrateur de proximité TICE (technologie de l’information et de la communication pour l’éducation) durant 6 ans pour le conseil départemental de Seine-et-Marne. Mon rôle consistait à maintenir le parc informatique d’une vingtaine de collèges publics en état opérationnel et de veiller à leur évolution.

Aujourd’hui, au sein de l’Icam j’ai une double casquette avec le groupe Icam et le site de Grand Paris Sud.

Peux-tu nous décrire ton poste actuellement à l’Icam ?

Mon rôle sur site consiste à faire en sorte que tout fonctionne au niveau informatique, c’est à dire maintenir le système informatique en marche, m’assurer de la sécurité du matériel pour éviter les dysfonctionnements et veiller à son intégrité pour tous les collaborateurs et  étudiants. Dans le cadre du groupe Icam je pilote des projets nationaux (ex : faire de la documentation, inventaires du matériel existant…)

J’aime depuis toujours apprendre, et dans le domaine de l’informatique qui bouge tout le temps cela demande d’être en perpétuelle évolution aux niveaux connaissances et je trouve ça génial. Dans mon environnement actuellement l’ infrastructure et le budget  sont complètement différents d’avant ainsi que les demandes qui requiert plus de compétences. Le fait d’être en présentiel est bien car j’ai plus de temps à accorder aux personnes, et en plus les gens sont cool donc je suis ravi.


Virginie

Décris-toi en quelques mots !
Je suis plutôt quelqu’un de consciencieux, d’exigeant et j’ai un bon relationnel. J’aime la vie et les gens. Mes passions se résument à la communication non violente, au développement personnel, à la spiritualité, aux énergies et à la permaculture. J’ai d’ailleurs mon propre potager !

Que faisais-tu avant de nous rejoindre ?

Avant l’Icam, j’ai été inspectrice à l’aide sociale à l’enfance en Seine-et-Marne. Après ce poste, j’ai fait une pause dans ma carrière professionnelle. 

J’ai ensuite fait du bénévolat à l’Icam en 2020 pour l’école de production : ça a été une véritable opportunité pour moi, qui souhaitait reprendre une activité professionnelle petit à petit. J’ai enseigné le français 2h par semaine, de la PSE (Prévention Santé Environnement) puis de l’histoire-géo. J’ai tellement aimé avoir l’opportunité de faire quelque chose de polyvalent !

Peux-tu nous décrire ton poste actuellement à l’Icam ?

Je suis maintenant coordinatrice pédagogique des bénévoles à l’Icam depuis octobre 2021,  je m’assure de la cohérence et  de l’organisation pédagogique au sein de l’école de production (matières générales, gestion des bénévoles, contenus des cours, cohérence dans les programmes, stages et stages en atelier). Tout ce qui concerne la pédagogie est mon domaine c’est à dire évaluer les élèves en lien avec les maîtres pros et avoir un lien entre théorie & pratique.

J’aime beaucoup le côté social de mon métier à savoir créer des cours adaptés pour les étudiants en difficulté scolaire, créer un lien de confiance entre profs et étudiants c’est- à-dire apprendre à parler de leurs vies et inversement afin de les aider au mieux.

Il faut être très bienveillant avec eux. J’aime la dimension humaine, révéler le potentiel des élèves et des adultes, que ce soit les maîtres professionnels ou bénévoles.


Emma

Décris-toi en quelques mots !

Je suis une personne attentive, à l’écoute, empathique, j’aime être dans un rôle de facilitatrice, avoir un point de vue différent, tempérer les opinions des autres. 

Mes principaux centres d’intérêt tournent autour de  tout ce qui demande de la patience : le mix , la cuisine, ou faire de la couture…. Je suis  notamment influencée par le rock, le reggae et la techno.

Que faisais-tu avant de nous rejoindre ?

Je travaille à l’Icam depuis octobre 2021, en remplacement d’Emilie Morille actuellement en congé maternité. Auparavant  j’ai été  coordinatrice de formation dans une université d’entreprise du secteur de l’hôtellerie.

Peux-tu nous décrire ton poste actuellement à l’Icam ?

Aujourd’hui, je m’occupe de la Gestion administrative de la formation continue en lien avec l’équipe pédagogique :  enregistrement  des  présences, édition des certificats de réalisation de formation et autres attestations, ainsi que  la facturation des organismes financeurs (les fonds de Transition Pro, le CPF, ou bien encore l’OPCO) , des étudiants ou de leurs employeurs.

Je m’occupe également de l’administration des  relations avec les vacataires et prestataires (contractualisation  avec les partenaires extérieurs qui interviennent auprès des étudiants ) , et je suis le relais d’une quarantaine de  FC (promotions C3, C4, C5) 

Les premières impressions que j’ai de l’Icam sont très positives : c’est une école en plein développement, qui offre un milieu stimulant, doté d’une pépinière de talents avec des gens très collaboratifs, je décèle parmi les étudiants un état d’esprit favorisant les échanges et le travail d’équipe, et les professeurs suivent de près  la progression des étudiants, ce qui est valorisant et motivant. C’est un atout car reprendre les études après être entré dans la vie active est parfois un véritable challenge.


Philippe

Décris-toi en quelques mots !

J’aime particulièrement la nature comme jardiner ou faire des balades en forêts, je suis passionné aussi par la menuiserie, je crée mes propres meubles. J’aime aussi la cuisine !

Le sport prend une grande place dans ma vie, j’ai fait du judo, du karaté, de la course à pied, etc. J’ai aussi un châlet dans la Sarthe, avec un hangar dans lequel j’ai créé plein d’objets moi-même.

Que faisais-tu avant de nous rejoindre ?

J’étais dans le secteur privé, je travaillais pour un sous-traitant dans l’automobile chez Renault & PSA dans les concepts CAR et prototypes en tant que technicien d’usinage (fraiseur sur commandes numériques) pendant 31 ans.

Peux-tu nous décrire ton poste actuellement à l’Icam ?

Je suis venu à l’Icam principalement pour les jeunes. Avant d’être embauché, j’ai fait 3 jours d’immersion et j’ai tout de suite eu envie de transmettre mon savoir-faire aux jeunes que j’ai rencontrés. De plus, je trouve qu’il y a un parc machine intéressant pour travailler les pièces ici !

Mon métier en quelques mots ? Je suis actuellement maître professionnel à l’Icam, je forme des jeunes pour qu’ils passent un CAP de deux ans. Avec ce métier, on devient aussi éducateur/psychologue d’une certaine façon car on travaille avec des jeunes qui ont quitté le domaine scolaire, des migrants et jeunes de quartier. 

C’est à chaque fois une vraie satisfaction pour moi de voir un élève qui n’a aucune expérience professionnelle apprendre un métier, le voir progresser puis voir qu’il s’intéresse à ce qu’il produit.


Julia

Décris-toi en quelques mots !

Je pense être une personne calme et ouverte d’esprit. J’adore voyager et découvrir de nouvelles cultures et de nouveaux paysages.

Je suis également passionnée d’aéronautique : j’appartiens à un club où je prépare mon PPL. J’adore les danses de salon, le sport, le fitness, la moto et enseigner (je continue à donner des cours particuliers régulièrement) !

Que faisais-tu avant de nous rejoindre ?

Je suis ingénieure EPF, diplômée en 2021. J’ai fait mon stage de fin d’études à SAFRAN en tant qu’ingénieure calculs dans le domaine des matériaux composites. Suite à ce stage, j’ai décidé de faire une thèse. La thèse pour moi est une expérience enrichissante et stimulante qui me permettra d’approfondir mes connaissances et d’acquérir des  compétences dans un domaine que j’aime  beaucoup: l’énergie solaire. La thèse de doctorat m’ouvre la voie vers l’enseignement, un métier qui me passionne, qui me  permet de partager mes connaissances et de rester en contact avec un milieu scientifique. 

Peux-tu nous décrire ton poste actuellement à l’Icam ?

J’ai commencé mon expérience à l’Icam en avril 2021 en tant qu’enseignante où  j’ai fait des TP en mécanique des Fluides avec les A4. J’ai ensuite pris contact avec un maître de conférence à l’UPEC, Paul-Eric Dossou, directeur de recherche à l’Icam et avec Ali KHOUZAM, enseignant-chercheur à l’Icam pour faire un doctorat dans le domaine de l’énergie solaire.

Depuis octobre 2021, je suis doctorante UPEC/Icam et travaille sur le sujet suivant  : “Optimisation de l’efficacité des propriétés radiatives de la feuille arrière d’un panneau photovoltaïque”. En d’autres termes, j’étudie la propagation du flux lumineux au sein d’une cellule photovoltaïque pour comprendre comment les maximiser. Cette analyse permettrait de proposer des solutions pour maximiser l’efficacité de conversion électrique des panneaux solaires. D’autre côté, je mène des expériences sur des cellules PV pour étudier le vieillissement de ces cellules sous l’effet de différents paramètres, tels que: l’humidité, la chaleur et le rayonnement UV.

Je fais ma thèse entre l’Icam et le laboratoire CERTES à l’IUT de Sénart-Fontainebleau. Quand je suis à l’Icam je travaille avec mon co-encadrant, Ali KHOUZAM, sur la modélisation numérique d’une cellule photovoltaïque pour simuler les échanges radiatifs internes au panneau. Ce travail me permet de valider les expérimentations que je mène en parallèle, dans un laboratoire à l’IUT de Sénart-Fontainebleau. Le principal objectif de mon doctorat est d’étudier l’importance du choix des back-sheets (feuilles arrières, le choix selon leurs propriétés radiatives)   afin d’augmenter le rendement des panneaux solaires.

Je travaille également avec des entreprises intéressées par ce genre de recherche et nouvelles technologies dans les panneaux photovoltaïques.

Dès le deuxième semestre de cette année, j’enseignerai aux élèves du parcours ouvert, notamment dans leurs PBL en tant qu’experte panneaux photovoltaïques. Je trouve que c’est une approche pédagogique intéressante !


Titouan

Décris-toi en quelques mots !

Je me décrirais comme une personne méticuleuse, avec un tempérament assez sérieux, et qui a un sens de l’humour et du sarcasme. J’aime différents sports tel que le rugby et les sports automobiles. Je m’intéresse à la  géopolitique, l’histoire et aux multimédias. Je suis en train de créer à titre personnel un documentaire sur le sport automobile.

Que faisais-tu avant de nous rejoindre ?

J’ai fait une école d’ingénieurs à Paris-Est spécialisé en génie mécanique et j’en suis sorti diplômé il y a environ 6 mois de cela.

Peux-tu nous décrire ton poste actuellement à l’Icam ?

Actuellement je suis en service civique à l’Icam. Je m’occupe de jeunes en difficulté scolaire, je les aide en français, mathématiques et histoire/géo. 

Je prépare des cours dans le but de les améliorer dans les matières techniques (ex : dessin industriel) et j’aide les enseignants dans l’animation de leurs cours et dans les démarches pédagogiques.

Après mes études, j’ai eu l’envie de faire une pause et de m’occuper de personnes en difficulté. C’est pour cela que je me suis proposé en tant que bénévole à l’Icam pour sortir de ma zone de confort en étant dans un autre milieu social et pouvoir acquérir des compétences en relations sociales et explications de procédés.

Se sentir utile est appréciable même si cela n’est pas toujours facile ! 


Alexandre

Décris-toi en quelques mots !

J’ai fait beaucoup de musique pendant mes années lycées (piano et orgue) avec des horaires aménagées. J’ai aussi pratiqué le chant lyrique durant une bonne quinzaine d’années et je joue du piano ainsi que du piano jazz. J’ai aussi effectué des concours inter-écoles de musique qui m’ont permis de faire de nombreux concerts. 

Aujourd’hui, je n’ai moins de temps à consacrer à mes activités musicales car la préparation des cours prend beaucoup de temps. 

J’ai eu l’opportunité de suivre récemment un Master en mathématiques financières au CNAM et il ne me reste qu’un mémoire à finaliser. J’adore apprendre de nouvelles choses. Je pense par exemple à étudier le droit par la suite !

Que faisais-tu avant de nous rejoindre ?

Avant l’Icam, j’étais enseignant au lycée Sainte Croix de Neuilly durant 9 ans puis Khôlleur pendant 3 ans à Fénelon Sainte Marie, et 2 ans à Raspail afin de préparer les élèves à des concours.

Peux-tu nous décrire ton poste actuellement à l’Icam ?

L’Icam est une opportunité pour moi de travailler dans l’enseignement supérieur car j’enseigne actuellement aux étudiants en prépa qui sont en PTSI/PT, ce qui fait écho à mes études (Ecole Normale Supérieure de Cachan). Je m’occupe exclusivement des cours, TD, TP, et khôlles des I1. 

Je trouve que c’est intéressant pour les élèves d’avoir un suivi toutes les deux semaines avec les khôlles au sein de la classe préparatoire intégrée de l’Icam.

Suite à la réforme du lycée et à la crise sanitaire, un nouveau programme s’est installé pour les terminales et certains élèves à l’Icam ont des difficultés à suivre le programme : c’est donc un véritable challenge pour moi en tant qu’enseignant !


Lovasoa

Décris-toi en quelques mots !

Je suis un papa de 3 garçons et 2 filles, je passe la plupart du temps à profiter de mes enfants le week-end. J’aime beaucoup les jeux d’échecs, les voyages, la natation, le foot, mais également les voitures !

Que faisais-tu avant de nous rejoindre ?

J’ai vécu à Madagascar, puis j’ai suivi mes études d’ingénieurs à l’Icam de Lille, promotion 100. Par la suite, j’ai été responsable technique dans une usine d’huilerie à Madagascar pendant 3 ans avant de travailler pour le groupe Imperial Tobacco pendant 18 ans et demi dont 13 ans en Afrique de l’Ouest. 

Mon dernier poste était directeur d’usine de cigarettes au Burkina Faso (6 ans et demi) avant de rejoindre l’Icam. Depuis 2019, je souhaitais changer d’orientation dans le cadre de développement des compétences et des talents au sein du groupe, mais les opérations restaient prioritaires. La situation étant compliquée sur le plan politique (coups d’État, attaques terroristes) et au niveau du groupe Imperial Tobacco (restructuration et fermeture d’usines dont deux en Afrique fin septembre 2021), j’ai souhaité arrêter et me tourner vers cette nouvelle orientation qui me tient à cœur. 

En effet, je suis convaincu que la formation et le développement des futurs leaders nous permettront de construire différemment un monde meilleur pour nos enfants. Et je suis très heureux de revenir à la source et de partager les valeurs communes qui m’ont fait grandir.

Peux-tu nous décrire ton poste actuellement à l’Icam ?

Je suis chargé d’affaires au sein de l’équipe Services aux Entreprises. C’est une nouvelle aventure pour moi et un tout nouveau métier. 

Je suis au milieu de trois entités (l’Icam, les étudiants et les entreprises clientes) et mon rôle est de faire en sorte que nous puissions ensemble réussir à réaliser les projets de manière efficace pour résoudre les problématiques posées par nos clients. 

L’objectif est également de fidéliser les entreprises clientes, de progresser dans notre activité tout en préparant les étudiants dans leur vie professionnelle future , mais aussi de motiver davantage les référents techniques (enseignants-chercheurs) à nous accompagner dans tout ce que l’on entreprend selon leur domaine d’expertise respectif.!