Visites virtuelles : découvrez les 6 campus Icam de chez vous

Découvrez l’Icam et visitez nos 6 campus en technologie 360° depuis votre canapé !

En cette période de crise sanitaire, nos 6 sites Icam en France se mobilisent pour proposer aux lycéennes et lycéens une façon innovante de découvrir les campus au travers de visites virtuelles.

Utilisées pour la première fois lors de la journée portes ouvertes virtuelles du mercredi 16 décembre, elles permettent de se projeter dans les installations qui les accueilleront (s’ils nous choisissent et que nous les choisissons) à la rentrée de septembre 2021.

Vous n’avez pas encore eu l’occasion de voir tous les sites Icam en présentiel ? Faites le depuis votre canapé à travers une expérience immersive en 360° !

 

Quelques conseils : 

  • Cette visite virtuelle peut se faire sur votre téléphone portable, cependant nous vous conseillons d’utiliser un ordinateur pour une expérience de visite optimale et la plus immersive possible.
  • Pour vous déplacer d’une salle à une autre, utilisez soit le menu de gauche, soit les flèches présentes dans la visite.
  • Dans chaque salle, cliquez sur les boutons “play” ou “information” pour découvrir des témoignages d’étudiants et de formateurs qui vous expliquent tout ce qu’ils vivent dans les campus, comme si vous y étiez pour de vrai.

 

Voici un aperçu en vidéo :
et découvrez le projet de l’Icam et ses 3 parcours en vidéo :
 

 

 

 


Confiez-nous les travaux d’entretien et de réparation de vos véhicules

Vous êtes un professionnel ou un particulier et vous recherchez un garage pour réaliser l’entretien et la réparation de votre/vos véhicule(s) ?

Faites appel au Garage Ecole et soutenez ainsi notre action de formation.

À la fois centre de formation professionnelle et PME, l’Ecole de production de l’Icam site de Lille propose à des jeunes de 15 à 18 ans une formation qualifiante et “insérante” basée sur une pédagogie du faire pour apprendre. Réactivité , conformité aux exigences qualité , respect des délais , approche économique, nos enjeux sont ceux de tout sous-traitant, au service de clients de différents secteurs d’activités.

Découvrez le flyer sur nos prestations d’entretien et de réparation des véhicules

L’Ecole de production de l’Icam propose également aux entreprises et particuliers des prestations de serrurerie métallerie et aux professionnels exclusivement, des prestations d’usinage. N’hésitez pas à nous solliciter pour en savoir plus.

Contactez-nous
















La certification Qualiopi, un gage de rigueur et de qualité

Depuis début septembre, l’Icam a obtenu la certification Qualiopi, condition sine qua non pour bénéficier de financements de formation, mais également, gage de rigueur et de qualité de ses parcours et de leur lise en œuvre.

Pour y parvenir, nous avons mis en place une démarche d’amélioration continu qui nous permet de répondre de mieux en mieux aux besoins du marché de l’emploi. L’accompagnement de nos apprenants a été renforcé et la visibilité auprès des entreprises améliorée…

Aujourd’hui, 95 % de nos clients, apprenants comme entreprises sont prêts à nous recommander.


Saïd Loucini, la maintenance industrielle une vocation

Après une dernière année de Bac Professionnel Maintenance des Equipements Industriels en apprentissage, Saïd Loucini a décidé de poursuivre ses études et prépare actuellement une certification de Niveau Bac + 2 (Chargé des Systèmes Numériques Industriels), toujours en apprentissage chez Lactalis.
Icam : Raconte-nous ton parcours ?
SL : En 2012, élève en terminale SEN (Systèmes Electriques Numériques) au Lycée Colbert de Tourcoing, face à l’évidence de mon erreur d’orientation et la nécessité de subvenir à mes besoins, j’ai abandonné mes études et je suis entré dans la vie active. Après 5 années très enrichissantes dans le monde de la vente, j’ai eu l’opportunité d’être mieux rémunéré pour répondre aux besoins de ma famille. Cela m’a conduit vers le monde des usines et ses multiples machines. Même si le travail était harassant et pénible, je restais émerveillé devant la complexité de ces immenses machines et leur exemple d’ingéniosité. J’ai toujours été intéressé par cet univers et je regardais, durant ma pause, les techniciens et ingénieurs opérer,  jusqu’au moment où j’ai eu le déclic. C’était une certitude : désormais je voulais devenir technicien. J’ai donc eu envie de reprendre une formation et le CIO m’a orienté vers l’Icam.
 
Icam : Pourquoi as-tu choisi la maintenance industrielle ?
SL : Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours été curieux et intéressé par le bricolage, les outils. Il m’arrivait souvent de démonter et remonter, juste pour comprendre, des objets de la vie quotidienne, tels que mon scooter, un téléviseur, une cafetière, une chaudière, le moteur de ma tondeuse… Du plus simple au plus compliqué, tout ce que j’avais sous la main devenait un objet d’expérimentation, pour le plus grand plaisir de mon entourage pour qui j’étais en mesure de tout réparer.
 
Icam : Pourquoi avoir choisi l’apprentissage ?
SL : D’abord pour l’aspect financier : c’est une chance d’aller à l’école et d’avoir un salaire tout en acquérant de l’expérience durant la scolarité, ce qui est un plus pour trouver un emploi.
 
Icam : Pourquoi as-tu décidé de continuer à l’Icam ?
SL : C’est une école réputée et on y est bien ! Les formateurs qui sont issus du monde industriel ont de l’expérience. Les outils, le matériel, les machines mis à disposition permettent de travailler dans des conditions agréables ce qui n’est pas le cas dans toutes les écoles. D’autant plus, qu’en plus de la théorie, on a la chance de pratiquer énormément, que ce soit en mécanique, en électricité ou en pneumatique. Je connais des titulaires de BTS qui n’ont jamais câblé de moteur.
 
Icam : Peux-tu nous expliquer ce que son tes activités en entreprise ?
SL : On me demande de mener des projets d’améliorations via un cahier des charges. J’ai commencé par une période de découverte et d’observation pour comprendre la manière de travailler des salariés dans mon entreprise, pour m’y adapter. Depuis, j’ai réalisé 4 projets, d’abord accompagné puis en autonomie sur des sujets divers : la sécurité, les composants, les plans…
J’ai par exemple remplacé la manivelle d’un doseur par un moteur. Il s’agissait là surtout d’améliorer des conditions de travail. J’ai également installé une barrière immatérielle en totale autonomie car personne dans l’entreprise n’avait les compétences. J’ai fait appel au constructeur qui m’a aidé à réussir cette mission.
Je dois souligner la qualité de l’accompagnement de mon tuteur qui s’implique vraiment dans mon parcours.
 
Icam : Comment te vois-tu par la suite ?
SL : Je souhaite acquérir un maximum de compétences et continuer à apprendre et pourquoi pas devenir ingénieur.


Formations en maintenance industrielle : des parcours exemplaires ! 

L’Icam propose des formations (bac pro, niveau bac + 2, titres professionnels) en apprentissage, dans le domaine de la maintenance industrielle. Des métiers polyvalents présentant de belles perspectives d’évolution et de nombreux débouchés.

Les différents niveaux de formations ainsi que les différents dispositifs permettent aux bénéficiaires de réaliser des parcours exemplaires.
Ainsi, après avoir préparé un CAP Conduite d’Installations de Production en deux ans avec notre Ecole de Production, l’un de nos apprenants Nicolas Bosman, a décidé de poursuivre ses études et a intégré cette année un Titre Professionnel de Technicien de Maintenance Industrielle (niveau bac) en apprentissage et a décroché un contrat dans l’entreprise ERTP Hibon.
Suite à l’obtention d’un Titre Professionnel de Technicien Supérieur de Maintenance Industrielle (niveau bac + 2), Barthelemy Malacquis a intégré l’année dernière notre formation d’Ingénieur généraliste en alternance et réalise actuellement un contrat d’apprentissage de trois ans dans l’entreprises Proferm.
Après avoir préparé à l’Icam un bac Professionnel Maintenance des Equipements Industriels en apprentissage, Saïd Lounici a choisi également de poursuivre ses études avec une certification de Niveau Bac + 2 (Chargé des Systèmes Numériques Industriels), toujours en apprentissage qu’il réalisera chez Lactalis.
Découvrez en détails le parcours de Saïd Lounici en lisant son interview
Actuellement, 650 offres d’emploi dans le domaine de la maintenance industrielle sont proposées en Hauts de France. Le besoin est réel ! Avec la diversité de ses dispositifs, l’Icam contribue aux besoins des entreprises et a formé, en 2020, une soixantaine de techniciens de maintenance.
Une réunion d’information et d’inscription pour les formations en maintenance industrielle en apprentissage a lieu tous les mercredis à 13h30. Le rendez-vous est à l’accueil du pôle Formation Professionnelle (Icam – 6 rue Auber à Lille). Rejoignez-nous !


Le projet intégrateur A4 du site de Vannes

Depuis septembre 2020, Guillaume le Verge contribue à mettre en place à l’Icam site de Bretagne le projet intégrateur à destination des A4, avec pour objectif final de créer un drone bateau capable de collecter les déchets flottants dans le golfe du Morbihan.

Ainsi, chaque vendredi et durant 28 semaines, cinq équipes d’étudiants travaillent, développent, apprennent et expérimentent. Dans chaque équipe, 3 pôles, GM-EEM, GE et MIA. Au départ, chacun a un rôle défini mais changera toutes les sept semaines afin de travailler successivement sur les pôles GM-EEM, GE et MIA. Des cours de MHO sont aussi dispensés aux chefs d’équipes. Les modules de PDD et Humanité viennent quant à eux en soutien à leur propre développement personnel durant ce projet. La volonté est de permettre aux étudiants de les accompagner dans tous les domaines enseignés, ainsi que de les mettre en situation réelle d’organisation d’entreprise.

Par ailleurs, lors de ces journées dédiées au travail sur le projet, les TP peuvent être alloués à certains sujets spécifiques au projet. Au cours des 28 semaines, trois temps forts sont mis en avant : lancement et préparation, conception et dimensionnement et modélisation, Production. A l’issue de chaque étape, les étudiants présentent leur état d’avancement.

Ces derniers sont accompagnés par les enseignants de l’Icam site de Bretagne, et bénéficient de cours et temps d’échanges assurés par des experts extérieurs ou des enseignants d’autres sites Icam.

L’objectif pour cette fin d’année scolaire : créer 5 prototypes fonctionnels.


Déploiement de Big Blue Button

Afin de répondre à vos besoins pédagogiques, Big Blue Button, solution de classe virtuelle vous est proposée. Ce logiciel n’a pas vocation à remplacer google meet qui reste notre outil par défaut. En effet, BBB n’est à ce jour pas dimensionné pour le remplacer.

Qu’est-ce que Big Blue Button ?

C’est un nouvel outil de classe virtuelle, complémentaire à Meet et orienté pédagogie. Il vous permet de disposer de nouvelles fonctions, particulièrement adaptées à notre pédagogie  Parmi ces fonctionnalités on peut citer : audio, video, tableau blanc multi-utilisateurs, sondage en direct, rédaction partagée de documents, partage d’écrans avec délégation, partage de vidéos YouTube, notes partagées collaboratives, chat et chat privé, réunions privées, chargement de présentation, enregistrement, lever la main, etc.

Qui est amené à tester cet outil ?

Si vous avez besoin de faire travailler vos apprenants en sous-groupes, si vous avez envie de tester un logiciel libre reconnu, vous êtes enseignant ou vacataire, n’hésitez pas à vous faire connaître !

Comment serez-vous accompagné pour prendre en main le logiciel ?

Diverses actions et ressources vous seront proposées : des webinaires seront proposés pour vous accompagner, et plusieurs ressources sont à disposition dans un cours Moodle dédié.

Questions pratiques :

L’accès à BBB se fait via moodle, directement depuis les cours dont vous êtes déclaré “enseignant·”.

Si vous êtes intéressé(e) pour tester ce nouvel outil, n’hésitez pas à vous rapprocher du référent IPN de votre site !


Le projet AERER, pour accompagner les élèves de l’école de production dans leurs apprentissages

Nom du projet : AERER

Porteur : Ecole de production de l’Icam site de Toulouse 

Durée : septembre 2019 à août 2020 

Projet financé par la Région Occitanie

L’école de production se positionne ainsi en partenaire efficace pour former des jeunes en décrochage scolaire au travers des objectifs suivants : 

  • Faire vivre au jeune une alternative aux dispositifs scolaires et d’apprentissages existants par une autre approche professionnalisante et une maîtrise de l’alternance,
  • Intégrer le jeune dans une dynamique de vivre ensemble, 
  • Permettre au jeune d’accéder rapidement à une perspective de métier et à un diplôme.

Le profil des jeunes recrutés nécessitent le déploiement d’un outil pédagogique innovant et bienveillant afin de donner toutes les chances à ces jeunes de ne pas subir un nouveau décrochage.

Ces outils au service des jeunes sont intégrés dans l’ADN de la structure.

Le projet AERER vise à renforcer cette démarche qui obtient d’excellents résultats en terme de remobilisation des jeunes en maximisant leur chance de ne pas décrocher de nouveau une fois inscrits dans un parcours d’enseignement via  : 

… un apport pédagogique innovant : 

En plaçant le jeune au centre de l’enseignement, c’est-à-dire du niveau global du jeune vers le niveau requis du diplôme, un ensemble d’actions continues en matière de pédagogie et d’enseignement sont mises en place en plus des heures classiques de l’enseignement de CAP : 

En mathématiques : le recours à une méthode innovante « Inigo Maths » basée sur l’auto-évaluation des acquis du jeune et qui permet d’adapter des exercices à son niveau.

En génie productique : il s’agit d’une relecture des apports théoriques qui est individualisée (soutien) pour chaque jeune au travers d’actions comme la lecture de plans, le traçage soudure ou la métrologie.

Cet apport est par ailleurs consolidé par un accompagnement individualisé à travers des actions spécifiques sur l’individu, le savoir être et sur la préparation à l’emploi

… un apprentissage pratique dans l’atelier à travers l’usine dans l’école : 

Il s’agit d’accompagner le jeune dans l’atelier au travers des activités classiques de l’industrie, de formater une expérience telle qu’elle se déroulera plus tard en entreprise (« l’usine dans l’école » est particulièrement appréciée des futurs recruteurs qui trouvent dans les diplômés de l’école de production des jeunes déjà très opérationnels en atelier  à leur entrée, favorisant une insertion durable dans celle-ci) . Elle se traduit par des séances collectives et individuelles de lecture de plans, de réglages de machines, de fabrication de pièces et de contrôle des pièces sur des machines professionnelles par un apprentissage progressif et calé sur la progression de chaque jeune. 

Ces enseignements sont effectués par 6 maîtres professionnels. 

L’ensemble de ces actions, qui sont un investissement supplémentaire par rapport à un CAP classique constitue une des clefs du succès de l’insertion de nos jeunes.

 


Enquête Universum 2020 : l’Icam, une école Humaine

Chaque année depuis près de 15 ans, le cabinet d’études Universum, leader mondial dans les enquêtes marque employeur, conduit une grande enquête auprès des universités et grandes écoles en France afin de comprendre les attentes des futurs talents des entreprises. Au total, plus de 35000  élèves ont répondu (dont 1059 élèves de l’Icam) entre octobre 2019 et mars 2020 à cette grande enquête, dont 14215 issus de 85 écoles d’ingénieurs (qui constitue le groupe de référence) . Quelles sont les grandes tendances pour les élèves ingénieurs de l’Icam ?

Qu’est-ce qui distingue l’ingénieur Icam des autres ingénieurs, issus des écoles françaises ? Et-ce qu’il existe des spécificités au profil Icam ? L’enquête Universum permet, par un travail d’auto-évaluation effectué par les répondants :

  • de comprendre les préférences de carrières de nos élèves ingénieurs ;
  • d’évaluer leur disposition à entrer dans la vie professionnelle ;
  • de valoriser, auprès des entreprises potentiels employeurs, les qualités des ingénieurs Icam.

Un profil de carrière qui se distingue par un goût pour l’innovation et la créativité

Le profil carrière qui ressort de l’enquête se compose du triptyque “Internationalist”, “Leader” et “entrepreneur”, ce dernier étant spécifique à l’Icam et remplaçant la caractéristique “hunter” du groupe de référence. Les futurs diplômés auront tendance à s’épanouir “dans des organisations de toutes tailles, offrant innovation et créativité pour faire croître et développer l’entreprise […]dans un environnement où ils disposent d’une certaine souplesse pour poursuivre des projets passionnants”.

Travail d’équipe, capacité d’adaptation et proximité avec les entreprises

Les élèves de l’Icam indiquent, parmi les compétences qu’ils possèdent, leurs expériences en entreprises acquises au travers des stages (72% contre 65% dans le groupe de référence), leur capacité d’adaptation (46% vs 43%) et la capacité à travailler en équipe (50% vs 43%). Il s’agit de qualités qu’ils ont pu développer dans le cadre des enseignements à l’Icam, des expériences à l’international ou encore leurs engagements associatifs, encouragés tout au long des études.

L’humain au coeur de l’Icam

Qu’il s’agisse des mots que les apprenantes et apprenants associent à l’Icam ou des éléments qui ont le plus influencé leur décision à rejoindre l’Icam, ce qui distingue l’Icam est la place de l’Humain. Dans le top 5 des mots les plus associés à l’Icam on retrouve  “Humain” et “Famille”, ainsi que “généraliste” et “Solidarité”. Parmi les facteurs d’influence dans le choix de leur formation, on retrouve les portes ouvertes (59% vs 26%), les alumni et étudiants (40% vs 24%), la famille et les proches (39% vs 22%) – ce qui renforce la place que nous devons toutes et tous occuper en tant qu’Alumni ambassadeurs de notre alma mater, en nous impliquant dans les actions de rayonnement de l’Icam !. A l’opposé, le poids des classements est extrêmement faible par rapport au groupe de référence, avec seulement 11% qui estiment que c’est important, contre 58% dans le groupe de référence (32% vs 64% dans l’enquête de 2019).

Réussite des diplômés et atmosphère propice au développement

Interrogés sur les critères qui rendent l’Icam attractif, les élèves citent notamment :

  • l’atmosphère créative et dynamique
  • l’encouragement à l’innovation et à l’entrepreneuriat
  • l’environnement chaleureux et accueillant
  • les programmes d’études à l’étranger
  • les nombreuses opportunités professionnelles
  • la réussite des diplômés

Autant de critères qui contribuent à la satisfaction des élèves (8/10 vs 7,6/10 pour le groupe de référence), et qui permettent à nos écoles en France d’attirer les jeunes filles et les jeunes hommes et qui deviendront les futurs talents des entreprises.

Des services carrières plébiscités

Dans le cadre de la préparation de leur projet professionnel, les apprenants ont accès à un certain nombre de services proposés par le “Career center” de l’Icam. Préparation aux candidatures, présentations aux employeurs et échanges avec les alumni sont parmi les plus utilisés des étudiants, tout comme le forum Icam entreprises et job dating.

Une quête de sens dans la vie professionnelle

Lorsque les apprenants se projettent dans leur future vie professionnelle, des écarts avec le groupe de référence persistent. Ainsi, même si la perspective de travailler pour une entreprise internationale est de loin la tendance majoritaire (46% vs 56%), ils sont plus nombreux à envisager de travailler pour une PME (15% vs 9%) ou à créer leur entreprise (12% vs 7%) ; la taille idéale de l’employeur étant pour 48% des élèves comprise entre 1 et 250 salariés (6% vs 4% de 1 à 10, 20% vs 15% de 11 à 50 et 22% vs 18% de 51 à 250).

Parmi les secteurs d’activités qui attirent, on notera une variété qui confirme le caractère généraliste de la formation d’ingénieur Icam :

  • aérospatial et défense (45% VS 36%)
  • Industrie (33% vs 20%)
  • Automobile (30% vs 19%)
  • Énergie (27% vs 24%)
  • Génie mécanique et industriel (23% vs 15%)
  • Construction (15% vs 10%)

Enfin, parmi les critères les plus importants chez leur futur employeur, le top 10 se distingue du groupe de référence par la recherche d’une entreprise avec une “mission / raison d’être inspirante”, alors que le “salaire de base compétitif” n’est pas dans la liste.

Une adéquation dans les valeurs et le projet de l’Icam

Cette enquête vient donc confirmer la convergence des valeurs exprimées par les apprenants avec celles portées par l’Icam, que l’on retrouve chez les collaborateurs et dans nos formations.
Nous pouvons être fiers de cet alignement de valeurs,  qui nous renforce sur l’importance de notre mission : former des femmes et des hommes pour les entreprises et le monde économique, des collaborateurs auteurs de leurs projets, acteurs dans leur vie personnelle, professionnelle et sociétale.